Cet événement est terminé

Rappelle toi, Barbara

  • Date : Du 4 octobre 2016 à 20 h 30 min
  • Durée : 1h00
  • Tarif plein : 20€
  • Tarif réduit : 15€
  • Catégories TR : étudiants, chercheurs d'emploi
  • Du 4 octobre au 31 janvier, le mardi à 20h30

    Chanter, fredonner au réveil, au coucher, les chansons de Barbara qui ont rempli notre adolescence. À mourir pour mourir, la solitude ou le mal de vivre. De lune ou de velours noir chaque chanson d’elle se prolonge en nous sur les chemins de Nantes ou de Gottingen et son cri déchire le silence.

    La vie émouvante de Barbara, cette fêlure liée aux éléments dramatiques de son enfance, ces voyages, ces fuites mais aussi sa vérité livrée sur scène et sur scène seulement à chaque chanson.
    C’est cette merveilleuse histoire d’amour que nous voulons retracer : Barbara (Monique Serf) qui se voulait pianiste-chantante formée à l’école du chant au conservatoire de paris, Barbara qui a croisé les plus grands de la chanson française comme Brassens, Brel ou Prévert.


    La presse en parle !


    L’OBS
    Le 09 octobre 2016

    C’est mardi et c’est Barbara au théâtre de Nesle

    En effet, ça changera des raviolis et apportera un peu de mélancolie dans nos cœurs pas encore complètement endurcis. Je ne sais pas vous, mais moi Barbara me fait pleurer. Je la trouve irremplaçable, inimitable, alors j’avais beaucoup de réticence à aller écouter Blandine Jeannest de Gyvès, soprano lyrique de surcroît, car j’avais peur qu’elle ne massacre « ma » Barbara, rappelle-toi, il pleuvait sans cesse sur Brest. Eh bien, courez-y les yeux fermés, mais les oreilles grand-ouvertes tous les mardis à partir de 20h30 dans ce petit théâtre de Nesle près d’Odéon. Nous avons tous chanté du Barbara, tout autant que du Brassens, du Ferré et du Brel, le matin sous la douche. Ce sont des airs qui font partie du patrimoine culturel français. Il faut des gens comme Blandine Jeannest de Gyvès et son talentueux pianiste, Ludovic Selmi, pour les aider à continuer à vivre. « Les chansons de Barbara, écrit la chanteuse, ont rempli notre adolescence. À mourir pour mourir, La solitude ou Le mal de vivre. De lune ou de velours noir, chaque chanson d’elle se prolonge en nous sur les chemins de Nantes ou de Gottingen et son cri déchire le silence. »
    En effet, même si au début on a du mal à ne pas imaginer Barbara sur cette scène, peu à peu la magie s’impose et le charme opère, certaines chansons comme L’aigle noir ou La solitude vous bouleverseront car la voix de tête si célèbre de Barbara affleure par moments dans la tessiture de Blandine Jeannest de Gyvès qui s’offre même le luxe de chanter aussi du Gustave Fauré, du Poulenc, du Rachmaninov, tandis que le pianiste en solo glorifie Chopin, vraiment de circonstance, et Beethoven. Avec, pour finir, et achever de nous émouvoir, la reprise d’une chanson de Barbara pas très connue, Y’aura du monde à l’enterrement, et même Le parapluie de notre cher Georges Bras¬sens.
    Très beau spectacle dont on ne sort pas indemne, même si le fantôme de Barbara, même pas convoqué, plane sur ce spectacle et lui donne peut-être un peu de sa magie. Pourtant, les concepteurs du spectateur ont bien pris la peine de nous mettre en garde : « Il ne s’agit pas d’imiter Barbara. Il s’agit de l’évoquer comme on se rappelle de quelqu’un qu’on a aimé. Dans ce spectacle, on est dans la mémoire et la suggestion. Dans l’hommage aussi. Cela implique une juste distance à l’univers de Barbara, une compréhension de ses choix poétiques et esthétiques. De ses choix de vie. Ce spectacle repose sur un délicat équilibre : se rapprocher de Barbara tout en restant soi-même. »

    Jean-Max Méjean

    ----------------------------------


    PUBLIKART
    par Stanislas Claude

    Rappelle-toi Barbara fait revivre le mythe

    Le Théâtre de Nesle fait revivre le mythe Barbara dans un spectacle musical où sont égrenés les classiques de la chanteuse française. L’auteure-compositrice-interprète est à l’origine de chansons mythiques qui lui ont assuré un public fidèle pour une carrière longue d’une quarantaine d’année. Rappelle-toi Barbara fait revivre la légende dans un spectacle parcouru des fulgurances de la chanteuse soprano Blandine Jeannest de Gyvès accompagnée du piano expert Ludovic Seimi.
    Un mythe de la chanson française.
    Barbara a marqué de son empreinte la chanson française. Née Monique Serf en 1930 à Paris, elle a traversé le XXe siècle avec des textes poétiques et la musicalité si particulière de ses compositions d’où émergeait une émo¬tion à fleur de peau. Blandine Jeannest de Gyvès prête sa voix profonde aux chansons si familières de Barbara.
    La cave voutée du Théâtre de Nesle raisonne des A Göttingen, L’aigle noir et Ma plus belle histoire d’amour c’est vous pour des frissons dans le dos. Des écrans disposés au fond de la scène projettent les images en noir et blanc de Jean-Pierre Schneider, symboliques de la mélancolie de la chanteuse. Ludovic Selmi balade ses mains sur un piano pour accompagner la chanteuse avec quelques envolées magistrales. Il agrémente l’audience de quelques impressionnants solos, reprenant Chopin, Poulenc et Beethoven avec hardiesse et majesté.
    De l’émotion à fleur de peau.
    La soprano enrichit le spectacle de monologues inspirés de l’enfance dramatique de la chanteuse, de ses voyages et de ses convictions, lui apportant une poésie mélancolique. Elle emprunte les pas de Barbara pour lui insuffler une émotion toute personnelle. Si la scénographie est minimaliste, les interprétations et les arrangements font revivre avec grâce la magie de la chanteuse disparue en 1997. Les fans de Barbara pourront chantonner avec verve et application ses œuvres éternelles tandis que les néophytes découvriront avec émerveillement un univers singulier et semblable à nul autre. La voix de Blandine Jeannest de Gyves reprend les accents particuliers de Bar¬bara, d’abord surprenants pour qui n’y est pas habitué avant d’enjôler l’ouïe des spectateurs avec sa sincérité. Rappelle-toi Barbara est un spectacle pour les sens, une merveille pour mettre un pied dans un univers si per¬sonnel. Les paroles autant que les intonations bouleversent et donnent envie de mieux découvrir la chanteuse. La Soprano autant que les musiciens sont au diapason pour un bel hommage à découvrir d’urgence au Théâtre de Nesle.

    Vos places sur Billetreduc : http://www.billetreduc.com/172109/evt.htm

  • Mise en scène : Jean Pierre Schneider
  • Avec : Soprano : Blandine Jeannest de Gyvès Piano : Ludovic Selmi
  • Site: http://www.blandine-jeannest.fr/
  •  
Tous les évènements dans
 
 
 
Importation iCal + Google Calendar